L’aïkido c’est une chorégraphie, les adversaires tombent tous seuls

En effet les adversaires tombent de leur initiative. Bien que dans la plupart des arts martiaux, tomber égale défaite, en aïkido, c’est la manière qu’a l’attaquant de ressortir d’une technique sans être cassé. Imaginez qu’on vous donne un coup de pieds très fort sur le genou, vous préférez enlever votre jambe avant que cela n’arrive ou tentez vous de voir si votre genou est plus fort ? En aïkido nous avons ce principe d’intégrité, si on se retrouve contraint entre poignet cassé ou chute au sol, on choisit la chute.
En effet, on pourrait assimiler l’aïkido à une chorégraphie (kata en japonais) car pour l’apprentissage, on part d’une situation donnée (exemple : l’adversaire donne un coup de poing) pour enchainer sur une technique d’aïkido donnée. En revanche, la technique va devoir être adapter en fonction de plusieurs critère : l’adversaire est plus grand, plus petit, plus lourd, très engagé dans son attaque,… De la va naître toute la difficulté de l’aïkido.
On imagine toujours que l’adversaire à plus de force physique que soit et que pour contrer une attaque, il ne faudra pas entrer en conflit avec celle-ci. Nous allons donc utiliser des esquives, clés de poignet ou de bras et les déséquilibres pour amener l’autre à tomber ou être immobilisé.